Electricité

la Vie des Réseaux  > Electricité > 2018 : L’électricité renouvelable a progressé en France

2018 : L’électricité renouvelable a progressé en France

Le 25 février 2019

envoyer imprimer

RTE a publié, le 7 février 2019, le bilan électrique annuel de la France pour 2018. Un document qui comporte plusieurs bonnes nouvelles, notamment en matière d’électricité renouvelable. La production d’électricité globale a ainsi connu sa plus forte augmentation depuis dix ans. Mais la France a aussi enregistré une forte augmentation de la part d’électricité verte dans son mix.


2018 : L’électricité renouvelable a progressé en France

Partie 1 2018 : L’électricité renouvelable a progressé en France

L’électricité renouvelable va remplacer les fossiles


L’année 2018 aura été une très bonne année pour la production d’électricité tricolore. Le rapport annuel de RTE, dévoilé le 7 février 2019, le montre bien. Au global, la production totale d’électricité s’est élevée à 549 TWh en 2018, soit une augmentation de 3,7% par rapport à 2017. C’est tout simplement la plus forte augmentation de la production d’électricité française depuis dix ans. Dans le même temps, la consommation nationale est restée stable à 474 TWh, et ce pour la sixième année consécutive.


La PPE 2018 affiche un objectif clair en matière d’électricité verte. Le réseau français doit atteindre 40% de production d’électricité renouvelable d’ici 2030. Le bilan de l’année 2018 met en évidence la progression des différentes filières d’ENR (+ 2 400 MW installés en 2018). La plus forte augmentation de production se trouve du côté de la filière hydraulique : elle enregistre + 27,5% en 2018. On retrouve derrière elle la filière éolienne (+ 15,3 %) et la filière solaire (+ 11,3 %).


La forte progression des énergies renouvelables a permis de combler l’effacement progressif du thermique fossile. En 2018, il a encaissé un recul de production de 26,8 %. Les émissions de CO2 dues à la production d’électricité en France ont baissé de 28% sur la seule année 2018. Ainsi, la dernière centrale au fioul, il s’agit de la tranche 3 de Cordemais.


Qui sont les bons élèves pour les ENR ?


RTE souligne que les filières éolienne et solaire ont passé un cap décisif en une année. La filière éolienne a passé la barre symbolique des 15 000 MW de puissance raccordée au réseau. Et de son côté, le solaire a atteint les 10 TWh de production annuelle.


Certaines régions françaises s’illustrent particulièrement. La région Auvergne-Rhône-Alpes arrive ainsi en tête du classement du taux de couverture régional par la production hydraulique (44,3%, contre “seulement” 36,3% pour l’Occitanie). Plus généralement, la région Auvergne-Rhône-Alpes est devenue une terre d’élection pour les énergies renouvelables. En matière d’énergie solaire, c’est la région Nouvelle-Aquitaine qui arrive en tête avec 2 262,2 MW de puissance raccordée.


La France : 1er pays exportateur d’électricité en Europe


Enfin, les échanges transfrontaliers sont la preuve de la bonne santé de la production électrique française. Grâce à sa production électrique excédentaire, la France a largement exporté son électricité vers les pays voisins. En 2018, l’Hexagone n’a connu que 17 journées importatrices pour faire face aux pics de consommation. Alors qu’il y en avait eu 52 en 2017. Au total, la France n’a importé que 26,1 TWh. Elle a exporté 86,3 TWh au cours de l’année, en direction de l’Espagne, de l’Italie, de la Suisse, de la Belgique et du Royaume-Uni. La France connait donc un solde exportateur de 60,2 TWh. Grâce à cette performance énergétique, la France obtient la première place dans le classement 2018 des pays européens exportateurs d’électricité.


Source : lenergeek.com



remonter Remonter