Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > EDF finalise la cession partielle de RTE

EDF finalise la cession partielle de RTE

Le 03 avril 2017


envoyer imprimer

Avec cette cession partielle qui lui permet d'empocher 4 milliards d'euros, EDF se rapproche de son objectif de céder 10 milliards d'actifs d'ici 2020. Le dette du groupe se monde à 37,5 milliards d'euros.




Un peu plus de fonds dans l'escarcelle d'EDF, lourdement endetté et devant faire face à de nombreux chantiers, comme la maintenance des réacteurs nucléaires français estimée à plus de 50 milliards d'euros. L'énergéticien public a annoncé ce vendredi avoir finalisé la cession partielle de sa filiale RTE, qui gère le réseau électrique français à haute tension, à la Caisse des dépôts (CDC) et CNP Assurance.


La moitié de RTE vendue


Le groupe précise dans un communiqué avoir cédé une participation de 49,9% dans une coentreprise où il avait transféré, en décembre 2016, la totalité du capital de RTE. Au terme de la transaction, autorisée lundi par la Commission européenne, le groupe détient 50,1% de cette coentreprise, la Caisse des dépôts 29,9% et CNP Assurances 20%.


"La finalisation de cette cession renforce la structure financière d'EDF", se félicite le groupe. L'opération, réalisée sur la base d'une valorisation de 8,2 milliards d'euros pour la totalité des fonds propres de RTE, contribue pour 4 milliards d'euros à "une diminution de l'endettement financier net du groupe EDF" , est-il indiqué. La dette atteint 37,5 milliards d'euros.


6,5 milliards gagnés... sur 37 milliards de dette


La cession, qui avait été annoncée à l'été 2016, porte à 6,5 milliards d'euros le produit des cessions réalisées par EDF, dans le cadre d'un objectif total de 10 milliards d'euros sur la période 2015-2020. Elle fait suite à une augmentation de capital de 4 milliards d'euros, dont 3 apportés par l'Etat.


Outre la maintenance des centrales, EDF doit se porter acquéreur de d'activité réacteurs d'Areva pour 2,5 milliards, et investir à peu près 15 milliards d'euros dans la construction de deux EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni.


Source : www.lexpansion.lexpress.fr



Thèmes : autre
remonter Remonter