Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > GRTgaz surveille les gazoducs avec des drones

GRTgaz surveille les gazoducs avec des drones

Le 05 juin 2015


envoyer imprimer

GRTgaz, qui gère l'essentiel du réseau français de gazoducs, a annoncé jeudi qu'il avait commencé à utiliser des drones pour surveiller des installations, un programme inédit dans l'Hexagone.




La filiale d'Engie (ex-GDF Suez) s'est associée dans ce projet à Air Marine, une petite entreprise spécialisée dans l'acquisition et l'exploitation de données par voie aérienne, selon un communiqué des deux sociétés.


Pour GRTgaz, la surveillance du réseau de transport (de gaz, ndlr) par drone est une solution performante principalement dans des zones difficiles d'accès et fortement boisées, indiquent-elles.


De premières missions de surveillance ont d'ores et déjà été conduites en mai au sud de Brive (Corrèze) sur un terrain vallonné. Le contrat entre les deux entreprises, dont le montant n'a pas été révélé, prévoit la surveillance par drone, chaque mois, de 80 km du réseau de GRTgaz.


GRTgaz s'est associé à Air Marine au regard de sa longue expérience de surveillance aérienne par avion et par drone mais aussi parce qu'elle est l'une des rares entreprises du secteur à maîtriser les vols à longues distances hors-vue, selon le communiqué.


Il s'agit selon les deux entreprises du premier programme de surveillance de ce type depuis la mise en place en 2012 de la législation sur les drones civils.


Pour chaque mission, deux pilotes interviennent sur le terrain en vue de gérer la navigation du drone et l'analyse des données qui sont ensuite intégrées dans une interface conçue par Air Marine, selon le communiqué.


Pour GRTGaz, les drones, qui permettent une meilleure vision de certaines installations, viennent compléter le dispositif existant, qui compte notamment un centre de surveillance à distance et des inspections terrestres.


En France, GRTgaz possède et exploite 32.150 km de canalisations enterrées et 27 stations de compression pour acheminer le gaz entre fournisseurs et consommateurs.


Air Marine, qui emploie 20 personnes et appartient au groupe AMAE, affiche un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros.


Source : AFP



Thèmes : gaz
remonter Remonter