Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Parc éolien marin de Saint-Nazaire

Parc éolien marin de Saint-Nazaire

Le 15 février 2019


envoyer imprimer

L’audience de ce mercredi 13 février entretient encore l’incertitude sur ce premier projet français offshore, au large de Saint-Nazaire. Dont l’appel d’offres remonte à… 2012.




Salle comble au Conseil d’État à Paris, ce mercredi 13 février, pour l’instruction du houleux dossier du parc éolien du Banc de Guérande.


Deux associations de protection de l’environnement demandent l’annulation des décisions prises le 18 avril 2012 par le ministère de l’Écologie, attribuant à la société Eolien Maritime France l’exploitation de ces 80 éoliennes situées face au Pouliguen.


Le tribunal administratif de Nantes et la cour administrative d’appel de Nantes ayant rejeté leurs demandes, en estimant qu’ils n’avaient pas intérêt à agir, les requérants revenaient devant la plus haute juridiction administrative.


« Une atteinte directe aux intérêts de l’association »


Emilie Bokdam-Tognetti, la rapporteure publique en charge de l’instruction du dossier, a créé la surprise en proposant aux juges d’admettre ce pourvoi et de renvoyer l’affaire devant la cour administrative d’appel de Nantes.


Contrairement aux juges nantais, elle considère en effet que « les arrêts attaqués portent une atteinte directe aux intérêts de l’association »  et que le projet, notamment en termes d’implantation par rapport à la façade maritime, doit encore être discuté.


Elle évoque notamment le fait que le site, « bien que situé à 16 kilomètres des côtés, est encadré par deux zones Natura 2 000, riches en biodiversité », et que l’arrêté « ne serait pas dépourvu d’effet » sur ces zones. Elle a donc proposé le renvoi de l’affaire devant la cour administrative d’appel de Nantes.


Un projet lancé en 2012


Des conclusions très largement contestées par les avocats de la partie adverse, qui rappellent, selon eux, « l’urgence économique, financière et sociale » d’un projet qui engage plus de 2 milliards d’investissements, 7 000 emplois et dont la mise en service est prévue pour 2021.


Lancé par l’État en avril 2012, le projet de parc éolien en mer de Saint-Nazaire est le plus mûr des six projets français. Il prévoit de poser 80 éoliennes au plus près à 16 km de la côte face au Pouliguen, à des profondeurs variant entre 12 et 25 m.


Le parc doit couvrir 78 km2, avec une éolienne tous les kilomètres. La puissance de cette ferme sera de 480 MW, soit l’équivalent de 20 % de la consommation en électricité de la Loire-Atlantique.


Source : www.ouest-france.fr




Thèmes : electricite
remonter Remonter