Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Projet éolien : le commissaire-enquêteur dit non

Projet éolien : le commissaire-enquêteur dit non

Le 03 décembre 2019


envoyer imprimer

L’enquête publique concernant le projet éolien de la Sas ferme éolienne d’Availles-Limouzine qui voulait implanter six éoliennes à l’extrême nord de la commune d’Availles-Limouzine, s’est déroulée du 13 septembre au 30 octobre.




Le commissaire-enquêteur vient donc de rendre son verdict samedi 28 novembre. Verdict dans lequel il émet un avis défavorable à ce projet. Bien que la population locale, directement concernée, n’a finalement peu pris part à l’enquête (90 personnes environ, en tenant compte des visites aux permanences et sur le registre dématérialisé), le commissaire enquêteur retient quelques données essentielles qui motivent son avis.


Le bruit, la proximité et la faune.


La première d’entre elles est « le bruit qui pourrait impacter le respect de la qualité de vie pour les hameaux de L’Avenage, Chez Rateau mais surtout L’Étang (habitations situées juste en limite des 500 mètres légaux, NDLR) ».



D’autre part, « d’autres projets accordés existent » et sont « situés à des distances très courtes de celui d’Availles » (3,5 à 4,5 km), d’où un mitage (1) du territoire contraire aux principes de la transition énergétique. S’ajoutent à ces critères l’encerclement des villages de Boisse, Badeuil et La Ferrandière, et « enfin, les mesures concernant les chiroptères » (18 espèces recensées), sensibles à l’éolien, en particulier la pipistrelle commune, ne respectent pas les recommandations d’Eurobats, le comité de sauvegarde international pour la chauve-souris.



En outre, des doutes subsistent au niveau du captage en eau potable de Boisse, lequel approvisionne les communes d’Availles et Le Vigeant, et pour lequel Eaux de Vienne prend une position « très réservée sur la faisabilité des travaux », alors qu’un hydrogéologue émet un avis favorable, avec réserve.



De son côté, la municipalité se satisfait que « l’avis du commissaire-enquêteur soit conforme à celui du conseil municipal ». La décision finale appartient désormais à la préfète de la Vienne, à moins que le porteur du projet ne se conforme à la charte des professionnels de l’éolien, en ne souhaitant pas aller à l’encontre de l’avis communal.



Le rapport est consultable sur le site de la préfecture vienne.gouv.fr (1) Une prolongation de quinze jours a été décidée suite à une anomalie relevée sur le registre dématérialisé.


Source : lanouvellerepublique.fr



Thèmes : autre
remonter Remonter