Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Retard pour le démarrage de l'EPR de Flamanville

Retard pour le démarrage de l'EPR de Flamanville

Le 30 juillet 2019


envoyer imprimer

EDF va devoir effectuer des réparations de soudure avant la mise en service de l’EPR de Flamanville prévue désormais fin 2022 au plus tôt. Soit 10 ans après la date initiale...




Un nouveau coup dur pour l'EPR de Flamanville (Manche) , la centrale nucléaire de nouvelle génération. À l'occasion de la publication de ses résultats financiers, EDF a annoncé que la mise en service de l'EPR « ne peut être envisagée avant fin 2022 ». Sa mise en service était officiellement prévue à la fin 2019.

À la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire, EDF doit réparer des soudures situées entre les deux parois de l'enceinte de confinement du réacteur.


En juin 2019, EDF a sollicité l'avis de l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) sur la possibilité de réparer ces soudures vers 2024, après la mise en service du réacteur. En réponse, l'ASN a estimé que la remise en conformité avant la mise en service du réacteur était techniquement réalisable.


« Le report des opérations de réparation après la mise en service du réacteur soulèverait plusieurs difficultés, notamment au regard de la justification de la sûreté du réacteur durant la période transitoire. L'ASN considère donc que la réparation des soudures concernées avant la mise en service du réacteur constitue la solution de référence. »


Des réparations qui prendront du temps


En conséquence, EDF planche actuellement sur trois scénarios pour réparer ces soudures. Sauf que cette opération selon l'ASN ne pourra pas être faite avant fin 2022. En juin, Jean-Bernard Levy, le patron d'EDF avait déjà reconnu que ces soudures allaient entraîner un « retard ». « Le temps qu'il faudra pour préparer la réparation, effectuer la réparation, tester la réparation, faire valider par l'ASN ce que nous avons fait et ensuite remettre l'installation en situation d'être à nouveau testée et préparée pour une mise en service… Ceci nous amène des délais de plus de trois ans », a confirmé, ce vendredi, le PDG d'EDF.

 

Sauf qu'après la cuve de la future centrale EPR de Flamanville d'autres pièces de cette centrale nucléaire de troisième génération inquiètent des ONG. Greenpeace et le Réseau Sortir du nucléaire ont porté plaintedevant le procureur de Cherbourg contre EDF.


« Il y a un grave problème de traçabilité et de rigueur dans la qualification des matériels destinés à l'EPR », pointe le Réseau Sortir du nucléaire. En principe, chaque élément de chaque centrale doit être scrupuleusement contrôlé, particulièrement les matériels dits « importants pour la sûreté » dont on doit tester la résistance en condition normale comme en cas de catastrophe (séisme, attaque terroriste…). Les pièces concernées seraient des pompes, robinets, relais et disjoncteurs.


De son côté, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie a demandé début juillet un audit de la filière EPR après les déboires à répétition rencontrés par ce chantier. « Je crois que ces incidents à répétition ne sont pas acceptables, ils ne sont pas compréhensibles. Ils ne sont pas acceptables de la part d'une filière nucléaire qui est un fleuron français », a-t-il estimé. L'EPR étant la vitrine d'une filière qui fait vivre 200 000 personnes.


La fermeture de Fessenheim pas remise en cause


Autre question : la fermeture de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires en France qui était jusqu'à présent conditionnée par la mise en service de l'EPR.


Mais François de Rugy alors ministre de l'Écologie avait assuré que la fermeture de cette centrale était actée pour 2020. Une date confirmée en juin par Brune Poirson, la secrétaire d'Etat.


Source : www.leparisien.fr




Thèmes : autre
remonter Remonter