Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Total : intelligence artificielle et pétrole

Total : intelligence artificielle et pétrole

Le 02 mai 2018


envoyer imprimer

Si le groupe Total se diversifie depuis plusieurs mois maintenant dans la production et la fourniture d’électricité via le rachat récent de Direct Energie par exemple, il n’en a pas pour autant abandonné son cœur de métier et cherche toujours les meilleures solutions pour optimiser l’exploitation des ressources fossiles. Le groupe pétrolier français a pour cela signé, mardi 24 avril 2018, un accord de partenariat avec Google dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) appliquée à l’analyse des données du sous-sol, dans le but de faciliter l’exploration et la production de pétrole et de gaz.




Révolutionnaire pour certains, dangereuse pour d’autres, l’intelligence artificielle est vouée en tous cas à un développement prometteur dans les prochaines années tant ses applications opérationnelles sont nombreuses pour les entreprises. Que ce soit dans le marketing, la maintenance, la logistique, le contrôle, ou les ressources humaines, toutes les activités seront concernées et le secteur de l’énergie n’est pas épargné, bien au contraire.


Une IA pour travailler « plus rapidement et plus efficacement »


Les opportunités offertes par la collecte et le traitement de données à grande échelle pourraient permettre notamment aux ingénieurs du groupe Total (géologues, géophysiciens, ingénieurs de réservoir ou de géo-information) de travailler plus vite et mieux dans l’exploration et l’évaluation des gisements de pétrole et de gaz . Un objectif très sérieux pour le groupe français qui recourt à l’IA depuis plusieurs années déjà et vient de signer un nouvel accord de collaboration avec Google. Cet accord se concentre sur le développement de programmes d’IA qui permettront d’interpréter des images souterraines, à partir d’études sismiques (en utilisant la technologie Computer Vision) et d’automatiser l’analyse de documents techniques (en utilisant la technologie Natural Language Processing).


« Notre ambition est que d’ici quelques années, nos ingénieurs géosciences disposent d’un assistant personnel doté d’une intelligence artificielle leur permettant de se focaliser sur les tâches à forte valeur ajoutée de leur métier », a souligné à cette occasion Kevin McLachlan, directeur de l’exploration chez Total. Précisons toutefois que Total n’en est pas à son premier coup d’essai en la matière. Le groupe français a commencé à utiliser des algorithmes d’apprentissage automatique pour caractériser les champs de pétrole et de gaz dès les années 1990. Il a mis en œuvre en 2013, grâce à ces algorithmes, une maintenance prédictive des turbines, pompes et compresseurs dans ses installations industrielles, générant ainsi des économies de plusieurs centaines de millions de dollars.


Source : http://lenergeek.com




Thèmes : autre
remonter Remonter