Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Total : un nouveau concurrent de poids

Total : un nouveau concurrent de poids

Le 26 juin 2018


envoyer imprimer

Total, concurrent direct d’Engie et d’EDF ? Ce qui était improbable il y a dix ans est devenu une réalité, lorsque le pétrolier a racheté Direct Energie pour 1,9 milliard d’euros (2,5 milliards avec la dette), en octobre 2017. Cette entreprise tenait alors la place de numéro un parmi les fournisseurs d’énergie alternative en France, avec 2,7 millions de clients. Grâce à cette acquisition (elle sera effective avant la fin de l’année), la compagnie détiendra 7 % du marché français de l’électricité. Son ambition est d’aller plus loin, car elle s’est fixé un objectif de 7 millions de clients d’ici à 2022.




Un modèle intégré


Ce n’est pas sa première incursion sur ce marché. En 2016, Total avait mis la main, pour 180 millions, sur Lampiris, le producteur belge d’énergie verte, et il a lancé, dès septembre 2017, sa propre offre d’électricité, nommée T otal  Spring. De plus, le groupe s’est renforcé dans la production d’électricité, car Direct Energie avait à son actif, entre autres, des centrales électriques à gaz, dont une en construction dans le Finistère.


Total, groupe pétrolier intégré, a toujours été présent dans toute la chaîne de valeur de l’énergie, de la production à la distribution, en passant par le raffinage et lachimie. Pour bénéficier de la croissance de la demande d’électricité, qui devrait être plus forte, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), que celle de la demande globale en énergie, le groupe entend désormais appliquer ce modèle jusqu’à la production d’électricité.


Comme l’a précisé Patrick Pouyanné, le PDG, lors de l’assemblée générale du 1er juin : « Nous raisonnons multi-énergie et diversité dans les énergies nouvelles. »  Le groupe s’est ainsi développé dans le bas carbone avec le fabricant américain de panneaux solaires SunPower, acquis en 2011, et dans le stockage de l’énergie avec Saft, en août 2016, et il regarde aussi l’hydrogène pour l’alimentation des raffineries.


Cela dit, bien que la présence de Total dans l’électricité bouleverse la donne du marché en ajoutant un concurrent de poids aux acteurs traditionnels, cette activité ne représente qu’une infime partie de ses profits, tirés largement de l’exploration-production de pétrole et de gaz.


Source : investir.lesechos.fr




Thèmes : autre
remonter Remonter