Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Vent de discorde conteste l’installation des éoliennes

Vent de discorde conteste l’installation des éoliennes

Le 18 février 2020


envoyer imprimer

L’association Vent de discorde 56 conteste le renouvellement des éoliennes au Roduel, à Saint-Mérec et sur le site de Lérôme. Selon elle, ces nouvelles éoliennes « amèneront de nombreuses nuisances ».




La société EDF Renouvelables (ex EDF Énergies Nouvelles), qui gère le parc éolien, a décidé de remplacer ces éoliennes par des machines plus puissances et de dimensions supérieures, en passant de 2 mégawatts à 3 mégawatts, et de 118 m à 150 m de haut en bout de pale, soit une augmentation de 27 % par rapport au parc existant.


Seront impactés par ce renouvellement, quatre éoliennes sur le site du Roduel, quatre sur le site de Saint-Mérec et trois sur le site de Lérôme. Il n’en fallait pas plus pour que des habitants de Saint-Mérec, avec à leur tête Noël Le Bris, créent l’association Vent de discorde 56, pour s’opposer à cette « dégradation du paysage ».

 

« Dévalorisation de nos maisons »


« Ces nouvelles éoliennes amèneront de nombreuses nuisances : sanitaires, sur les animaux et la faune sauvage, une dévalorisation de nos maisons, du paysage, et sera néfaste pour la santé des habitants mais aussi pour l’impact visuel, sur un patrimoine remarquable dont se targue la municipalité actuelle, souligne Noël Le Bris. C’est pourquoi nous ne laisserons pas des intérêts privés prévaloir sur la santé de la population. »

 

Il est rejoint dans son analyse par Gwenaël Guyon : « J’ai acheté ma maison, alors que les éoliennes étaient déjà là. Mais je ne l’aurais jamais acheté connaissant ce qui nous attend maintenant. »

 

Un questionnaire remis aux habitants


L’association Vent de discorde 56 lancera sa propre enquête publique.

 

Pour Noël Le Bris, « la municipalité n’a pas l’intention de communiquer sur ce projet. Nous irons donc à la rencontre des habitants, et nous leur remettrons un document à remplir qui comporte 26 questions. Leurs avis resteront anonymes. Le maire actuel ne se représentant pas, j’ai écrit à Jean-Michel Quinio, qui est tête de liste aux prochaines élections. A ce jour, je n’ai eu aucune réponse de sa part. Nous espérons maintenant que nos demandes seront prises en compte par la sous-préfecture. »


Source : Ouest-France.fr



Thèmes : autre
remonter Remonter