Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Vinci Construction : construction d'un réservoir GNL

Vinci Construction : construction d'un réservoir GNL

Le 19 juillet 2019


envoyer imprimer

(AOF) - La joint-venture formée par Entrepose Contracting et Vinci Construction Grands Projets, deux filiales de Vinci Construction, a remporté un contrat majeur portant sur l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction d’un réservoir de gaz naturel liquéfié (GNL) de 225 000 m3 au Canada. Le montant du contrat s’élève à 400 millions de dollars canadiens, soit environ 270 millions d’euros.




Les points forts de la valeur


- Leader mondial du BTP intervenant dans les concessions autoroutières et aéroportuaires et dans la construction ;


- Stratégie long terme fondée sur les complémentarités entre concessions (1/5ème du chiffre d’affaires avec Vinci Autoroutes et Vinci Aéroports) et le contracting (4/5èmes des ventes avec Vinci Energies, Eurovia et Vinci Construction), avec 3 focus : dans les concessions, extension de la maturité du portefeuille et focus sur les aéroports et les autoroutes / dans le contracting, priorité à Vinci Energies et aux activités spécialisées d’Eurovia et Vinci Construction / intégration du modèle économique avec synergies des expertises des concessions et le contracting au service des grands projets d’infrastructures ;


- Visibilité de l’activité, de 40,2 MdE, avec un carnet de commandes égal à une année de revenus ;


- Croissance par acquisitions des concessions aéroportuaires, métier à forte marge, Vinci Airports étant désormais 5ème acteur mondial avec près de 150 millions de passagers ;


- Reconduction à des conditions financières très favorables des contrats de concessions autoroutières en France ;


- Retour élevé du retour aux actionnaires, supérieur à 50 %.


Les points faibles de la valeur


- Sensibilité du trafic autoroutier à la hausse du prix de l’essence et au pouvoir d’achat en Europe ;


- Forte disparité des marges entre les concessions, qui apportent les 3/4 du bénéfice opérationnel, et la construction ;


-Dans l’activité autoroutes en France, incertitudes sur le montant total des pertes de revenus et sur le coût des dégradations occasionnées par le mouvement des « gilets jaunes » et sur la hausse des tarifs des autoroutes.


- Endettement jugé relativement élevé.


Comment suivre la valeur


- Sensibilité du chiffre d’affaires concessions à la croissance du trafic de véhicules et du tourisme ;


- Stratégie moyen terme fondée sur l’international, avec 3 focus : croissance de l’aéroportuaire par croissance externe, croissance de Vinci Energy via des acquisitions et évolution du mix technologique de Eurovia et Vinci construction ;


- Après les aéroports Salvador (Brésil), Kobé (Japon) et Belgrade (Serbie), intégration de 8 plateformes américaines et de l’aéroport londonien de Gatwick;


- Interrogations sur un renforcement dans le gestionnaire d’aéroports ADP, susceptible d’être privatisé partiellement, également recherché par AccorHôtels ;


- Anticipations à court terme de 50 % des revenus à l’international, avec une accélération hors Europe ;


- Valeur opéable, les premiers actionnaires étant les salariés (8,8 % du capital), devant Qatari Holding (3,8%).


Construction - BTP


Les indicateurs sont au rouge pour le secteur du BTP. Au premier trimestre les mises en chantier ont reculé de près de 8% sur un an. Cette petite amélioration par rapport à février 2019 (-10%) résulte d'un léger mieux pour les logements collectifs. Les mises en chantier de maisons individuelles de constructeurs ont, elles, reculé de 9,4% sur la période.


Sur l'année 2018, les mises en chantier de logements ont reculé de 7%, passant sous le seuil des 400.000, à 398.100 unités. Quant aux permis de construire, ils ont chuté de 7,1% à 460.500. Ces évolutions négatives résultent d'un ensemble de facteurs pour le secteur : notamment les mesures d'économies de 800 millions d'euros imposées aux HLM, un accroissement de la TVA sur les logements neufs (passée de 5,5% à 10%) , la suppression du dispositif Pinel d'investissement locatif dans les petites villes et les zones rurales, et dans ces mêmes territoires, un prêt à taux zéro (PTZ) revu à la baisse. A cela s'ajoute un facteur conjoncturel : à l'approche des élections municipales, de nombreux maires ont freiné la distribution des permis de construire pour satisfaire leurs administrés.


Source : www.capital.fr  




Thèmes : gaz
remonter Remonter