Actualité

la Vie des Réseaux  > Actualité > Eolien : l’amendement des 1.000 mètres alarme

Eolien : l’amendement des 1.000 mètres alarme

Le 20 février 2015


envoyer imprimer

Le Sénat veut faire passer à 1.000 mètres la distance entre éoliennes et habitations.Selon les professionnels, une grande partie des projets devrait être abandonnée.




La disposition fait trembler les professionnels de l’éolien, qui multiplient cris d’alarme et communiqués : dans le cadre des discussions sur la loi pour la Transition Energétique, le Sénat a adopté mardi soir un amendement doublant la distance minimale à respecter entre les éoliennes et les habitations, qui passera de 500 à 1.000 mètres.


Selon le SER (syndicat des Energies renouvelables), cette mesure compromet gravement le développement de l’éolien en France. « Nous avons conduit en urgence une enquête auprès d’un panel représentatif de nos membres, d’où il ressort que pas moins de 90 % des projets seraient concernés, et pour une large part abandonnés », expliquait jeudi le syndicat professionnel.


Dans certaines régions, comme le grand Ouest, la mise en œuvre de cette mesure conduirait, toujours selon le SER, à un arrêt définitif de l’éolien : en Bretagne, dans les pays de la Loire, en Normandie, où l'habitat est très dispersé, il n’y aurait plus guère de zones où son développement serait possible. « C’est une catastrophe », renchérit Sonia Lioret, déléguée générale de France Energie Eolienne (FEE), un autre syndicat professionnel.


L’amendement en question a été déposé par le sénateur PS d’Indre-et-Loire Jean Germain. « Nous sommes simplement allés voir ce qui se passe à côté de ces éoliennes. Le bruit est infernal ! Certaines vies en sont bouleversées », a-t-il déclaré au cours des débats. « Pour ceux qui vivent à côté, ces éoliennes géantes sont parfaitement intolérables, sans parler de la dévalorisation de leurs biens immobiliers. Cet amendement permettrait de concentrer dans des zones inhabitées des parcs éoliens qui auraient une taille critique. Cela diminuerait le coût financier pour la collectivité et simplifierait la constitution et la gestion du réseau.  » Mais pour Frédéric Lanoë, président de FEE, «cette distance de 1.000 mètres n’est basée sur aucune analyse.»


L’amendement a peu de chances de passer l’obstacle de l’Assemblée Nationale, qui aura le dernier mot sur la loi. La commission développement durable du Sénat, tout comme Ségolène Royal, ont émis un avis négatif. rappelant que L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) avait été saisie sur la question et que son rapport était attendu à la fin de l’année. « Mais il n’y a aucune certitude », s’inquiète Sonia Lioret.
Les professionnels sont d’autant plus déçus que le Sénat avait jusque là adopté des mesures plutôt favorables à l’éolien. En particulier, le délai de raccordement au réseau ne pourra plus dépasser 18 mois (31 mois en moyenne aujourd’hui), et un arbitrage par le préfet a été mis en place pour statuer sur les limitations liées aux radars et aux installations militaires.



Source : www.lesechos.fr



Thèmes : autre electricite
remonter Remonter