Transport d'électricité: accord Québec-Maine

Le 22 février 2019


La province canadienne du Québec s'est entendue jeudi avec l'État américain voisin du Maine pour y ériger une ligne électrique transfrontalière controversée permettant d'acheminer jusqu'en Nouvelle Angleterre de l'énergie renouvelable, produite dans les barrages du Grand Nord.




Un accord de principe pour construire une ligne à haute tension traversant les Appalaches, du sud du Québec au littoral du Maine, a été conclu, ont annoncé le Premier ministre du Québec François Legault et la Gouverneure du Maine Janet Mills.


Premier producteur d'électricité propre d'Amérique du Nord grâce à ses barrages du nord de la province, le groupe public Hydro-Québec cherche depuis plus d'une décennie à bâtir une telle ligne transfrontalière pour exporter son énergie bas carbone vers les États américains de la Nouvelle-Angleterre.


Mais jusqu'à présent, il se heurtait à l'opposition de groupes environnementalistes, d'élus locaux et de producteurs énergétiques américains. Sous la pression populaire, les États américains du Vermont et du New Hampshire avaient refusé que cette ligne traverse leur territoire.


Hydro-Québec doit acheminer la production de 1 200 mégawatts (MW) de capacités électriques via une nouvelle ligne de quelque 330 km qui doit être construite à travers le sud du Québec et le nord-ouest du Maine, pour rejoindre le réseau principal de distribution électrique de la Nouvelle Angleterre. Hydro-Québec avait conclu l'an passé un contrat à long terme avec le Massachusetts pour fournir à cet État américain une capacité de 1 080 MW à partir de 2022.


La Gouverneure Janet Mills a indiqué dans un communiqué avoir "autorisé" ce projet à aller de l'avant. S'associer avec Hydro-Québec et "son énergie bas carbone (...) ne vas pas seulement réduire le prix de l'énergie pour les consommateurs, mais va aussi nous aider à nous sevrer des énergies fossiles", a-t-elle souligné, notant que "ce projet va permettre à notre État et notre région d'atteindre une économie décarbonnée en 2050".


"C'est une nouvelle extraordinaire. On va attendre que ce soit signé, mais quelle bonne nouvelle", s'est réjoui en conférence de presse le Premier ministre du Québec François Legault, élu en octobre dernier en promettant notamment de relancer la construction de grands barrages pour davantage exporter l'électricité québécoise.


L'accord de la Gouverneure du Maine est donc une première étape: le projet doit maintenant être approuvé par plusieurs agences et juridictions au Canada et aux États-Unis. Les travaux doivent débuter au printemps 2021.


Source : www.connaissancedesenergies.org




Thèmes : electricite
2008 © La Vie des Réseaux. Tous droits réservés.